24. Souriez, vous êtes filmés !

Découvrez la nouvelle histoire vécue de la série « 50 visions de prévention » (en savoir plus sur mon défi)

Dans cette usine, les cartons sont revalorisés grâce à une presse à balles.

Ce jour-là, je suis avec ma caméra pour faire quelques prises de vues pour réaliser un film sur les « comportements à risques », je vais être servi !

La presse s’est bourrée car l’opérateur à trop chargé le tapis. Ce n’est pas la première fois, et il semblerait que l’histoire se répète.

Il essaie donc avec l’aide d’un collègue de débourrer, mais cette fois c’est du sérieux.

J’ai posé ma caméra sur pied, et elle finit vite par être oubliée.

Je n’avais aucun problème pour filmer sur ce site, car les salariés avaient apprécié le travail que j’avais effectué sur la refonte de leur document unique et les nombreux échanges sur le terrain. Ils avaient constaté que leurs conditions de travail s’amélioraient, mais surtout ils avaient une oreille extérieure et attentive pour expliquer ce qui était perfectible.

Le nombre de personne ne cesse de croitre autour de la presse, cela fait maintenant plus de 20 minutes que chacun cherche à se rendre utile. Ce n’est pas moins de 6 personnes qui s’agitent sans concertation. L’une d’entre elle est d’ailleurs en équilibre sur une partie qui tient avec des chaines en trains de forcer avec une barre à mine par une trappe latérale.

Une fois de plus les personnes veulent « bien faire », c’est-à-dire régler un problème sans prendre le temps d’évaluer les risques de leur opération.

J’ai ensuite échangé avec le responsable qse de l’époque pour lui expliquer ce qui s’était passé. Nous avons décidé d’utiliser cette vidéo pour sensibiliser le personnel sans prendre de sanctions pour ces prises de risques inconsidérées.

 

Le conseil du préventeur

708769_lowLes personnes concernées ont pu se regarder a postériori et leur réaction étaient incroyables. Elles étaient choquées par leurs comportements.

Le hasard a fait que la caméra était là au bon moment au bon endroit, mais dans combien de situations pouvons-nous intervenir auprès de nos collègues pour leur faire prendre conscience de leurs prises de risques et du manque d’analyse de la situation ?

En occurrence, avec du recul, je me dis que j’aurais du agir et faire cesser la situation, mais je n’ai pas osé… Si c’était à refaire je me comporterais différemment.

Si j’ai voulu partager avec vous cette histoire, c’est pour que nous devenions acteur de notre sécurité, mais aussi de celle des autres.

Alors OSONS ! Osons faire des remarques, osons accepter qu’on nous en fasse. La vigilance partagée est un des plus beaux outils de la prévention basé sur l’altruisme.

Pour tous ceux qui osent: Merci !

Merci de contribuer simplement, humainement à la prévention des accidents ou des maladies professionnelles.

 


Pour suivre la série « 50 visions de prévention » et être informé par mail de chaque nouvelle histoire.

PROCHAINE HISTOIRE:  » Oups, ma casquette… « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.