34. PEMP Jamais l’un sans l’autre.

Découvrez la nouvelle histoire vécue de la série « 50 visions de prévention » (en savoir plus sur mon défi)

J’étais sur un site industriel avec l’animateur sécurité pour préparer un support de formation. Au détour d’un bâtiment, nous  voyons 2 personnes montées dans une nacelle. Je laisse l’animateur aller régler ce problème. En effet, au-delà de ce qui était prévu dans le plan de prévention, ces intervenants ont été formés, ils savent très bien que seul celui qui est habilité doit monter pendant que l’autre doit rester en bas.

L’animateur vient me revoir après les avoir recadré. Il me précise que ce n’est pas la première fois que cette entreprise ne respecte pas toutes les règles de sécurité.

Nous échangeons sur cette problématique récurrente : comment gérer les entreprises extérieures en cherchant à les responsabiliser plutôt que de le « fliquer » ?

Je lui fais part d’une entreprise que je connais où ils ont mis en place un système de permis à point (par entreprise). Selon la gravité des constats, on peut perdre 1, 2 ou 3 points voire son permis.

A chaque fois qu’on soustrait des points l’entreprise est informée, et on lui rappelle les règles contractuelles définies dans le plan de prévention ou le ppsps.

Certains critiquent ce système, car ils le trouvent injuste. En effet une entreprise qui fait intervenir plus de salariés sur de plus longues périodes sont plus exposées et peuvent perdre plus vite leur permis. On peut leur répondre qu’ils sont justement plus exposés aux risques et qu’ils doivent être d’autant plus prudents.

C’est vrai, mais que devrait dire une société de transport ou d’ambulance face aux radars !

Il trouve l’idée intéressante, et la note dans un coin de son esprit 😉

Environ une heure plus tard. Nous repassons au même endroit, et là nous sommes surpris de découvrir à nouveau les 2 compères dans la nacelle.

Changement de ton de la part de l’animateur sécurité. Cette fois c’en est trop, il « met les points sur les i » et décide même de contacter l’entreprise pour convoquer leur responsable.

 

Le conseil du préventeur.

Dès lors que l’on procède à une analyse de risque, on doit définir des règles claires et applicables en s’appuyant sur les besoins et les pratiques professionnelles.

Dans ce cas de figure les intervenants souhaitaient aller plus vite en étant à 2 dans la nacelle. Ce n’était pas ce qui était prévu lors de l’établissement du plan de prévention.

Dès que vous rencontrez un écart de ce type, il est essentiel de faire cesser la situation à risque, mais aussi de chercher à comprendre l’origine du comportement.


Pour suivre la série « 50 visions de prévention » et être informé par mail de chaque nouvelle histoire.

PROCHAINE HISTOIRE:  » Un jour pour tous…ou presque« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.