27. S’adapter… ou pas

Découvrez la nouvelle histoire vécue de la série « 50 visions de prévention » (en savoir plus sur mon défi)

Dans cette entreprise, j’ai formé près de 800 personnes en sessions de 2 heures. Les objectifs étaient les suivants :

  • Sensibiliser sur les principaux risques
  • Faire évoluer la culture sécurité vers une démarche pro-active des salariés
  • Informer sur l’OHSAS 18001 et la certification à venir.

Chacun des groupes était diffèrent bien entendu, et au fur et à mesure, j’obtenais de plus en plus d’informations qui remontaient. On ne peut pas évoquer la sécurité au travail auprès d’adultes professionnels sans que ce soit l’occasion pour eux de s’exprimer sur le sujet.

Ce qui m’a particulièrement surpris c’est le type de réaction selon le groupe. C’était le jour et la nuit !

a cause deDans certains cas, les salariés reconnaissaient que leurs comportements étaient perfectibles et se faisaient force de proposition, certains allaient même jusqu’à prendre des engagements devant le groupe pour s’améliorer. A contrario, quelques personnes étaient très négatives, dans une attaque directe de la Direction et des mises en causes virulentes : En clair « Les autres… ce n’est pas moi c’est les autres ! »

Dans ce cas, il n’est pas simple de trouver les mots justes pour faire passer les messages de prévention. En fait, on peut vitre rentrer dans un « ping-pong d’arguments » qui s’affaiblissent mutuellement, mais ne font pas toujours avancer la prévention.

Il m’est aussi arrivé de rencontrer ce type de comportement auprès de Dirigeants qui ne voulaient pas non plus se remettre en cause, et reconnaitre que certains choix n’étaient pas judicieux.

Le conseil du préventeur

Dans tous les cas de figures, on ne doit pas confondre rechercher les causes et chercher des responsables. En clair, on doit raisonner sur le « quoi », plutôt que sur le « qui ». Sinon la plupart du temps, on rentre dans des systèmes qui ne permettent pas la mise en place de solutions. Chacun reste campé sur ses positions et le débat est stérile.

Il est donc nécessaire de ne pas rentrer dans un rôle de sauveur, de victime ou de persécuteur… de rester factuel, intègre, honnête et d’agir dans l’intérêt collectif tout en respectant les individus.


Pour suivre la série « 50 visions de prévention » et être informé par mail de chaque nouvelle histoire.

PROCHAINE HISTOIRE:  » La sécurité une priorité ? « 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.