17. Chef un petit verre

Découvrez la nouvelle histoire vécue de la série « 50 visions de prévention » (en savoir plus sur mon défi)

En 2003, j’animais une séance de sensibilisation pour une TPE d’électricité d’une quinzaine de salariés. J’avais formé le Dirigeant à l’évaluation des risques et dans son plan d’action, il souhaitait créer un évènement annuel avant la fêtes, où il pourrait sensibiliser le personnel, faire un point de l’année passée et fournir à chacun de nouveaux équipements de protection, ainsi qu’un nouvelle tenue.

Cet entrepreneur qui n’était parti de rien, avait bien compris que le bien-être de ses salariés était la condition première pour assurer la pérennité de sa société. « Des salariés heureux, c’est des clients satisfaits et un patron content ».

Le jour J, j’avais installé mon matériel dans leurs locaux et je présentais les risques identifiés, en informant par exemple sur le risque routier. En effet, ils sont amenés à se déplacer tous les jours, et ce risque reste le plus mortel au travail.

Tout se passe pour le mieux, et pour conclure, le Dirigeant « rebooste » ses équipes pour l’année à venir, leur souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année et les invite à prendre une collation.

Je range mon matériel et me joins à eux dans une ambiance très conviviale. Je constate que certains apprécient particulièrement le breuvage qui leur est proposé…

Le questionnement du préventeur.

Nous sommes une fois de plus confronté à la confrontation d’une obligation réglementaire (l’interdiction), et de l’autre à la réalité, celle des traditions, des coutumes, des habitudes. Ce Dirigeant souhaitait avant tout le « bien » de ses salariés. Sa démarche était sincère mais inadaptée en terme de prévention des risques.

Lorsque je repense à cette expérience, je me pose toujours la question de la cohérence. Celle que nous demandons sans cesse aux autres… Et nous même, qu’en est-il de l’incarnation de ce que nous enseignons ? « Ce sont les cordonniers les plus mal chaussés » nous connaissons tous l’adage, mais qu’en est-il pour les préventeurs et leur relation au risque ?

 

Après-tout certains risques sont parfois nécessaire, souvent incontournable, ils peuvent même procurer des sensations appréciées, c’est même le cœur de certains métier, voir leur raison d’être.

Que penser d’un cascadeur, d’un dompteur ou encore d’un acrobate ?  Parfois le risque n’est pas mis en scène et il est bien présent. Un marin pécheur, un mineur, un élagueur, ou simplement un opérateur qui manipule des produits extrêmement dangereux.

Comment maîtriser concrètement ces risques ? C’est la question à laquelle nous essayons de répondre avec le plus de pertinence possible…

 


Pour suivre la série « 50 visions de prévention » et être informé par mail de chaque nouvelle histoire.

PROCHAINE HISTOIRE: « Réalité de chantier »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.