1. Une parole libérée

Découvrez la première histoire vécue de la série « 50 visions de prévention » (en savoir plus sur mon défi)

Afin d’améliorer les conditions de travail d’un poste particulièrement pénible dans une industrie, nous avons été sollicités pour réaliser une étude et proposer des solutions adaptées.

Evidemment, cela ne peut se faire qu’en croisant les savoirs des professionnels de la prévention et les savoir-faire des opérateurs: En présence de 2 opératrices dans ce cas de figure, de leur chef d’équipe, de l’animatrice sécurité, d’un responsable de la maintenance, d’un membre du chsct, d’un consultant et de son collaborateur (moi-même).

Après avoir pris connaissance des exigences du poste et des moyens dédiés, nous sommes dans l’atelier, en train de filmer les 2 opératrices à tour de rôle pour observer leur façon de travailler.

C’est toujours un exercice délicat, même après avoir rassuré les personnes observées, celles-ci ne travaillent jamais aussi « librement » que lorsque qu’elles sont seules. Ce jour-là elles se montrent très coopératives, mais une fois en salle, alors que nous regardons ce qui vient d’être filmé, plus un mot ! Au mieux quelques hochements de tête. J’essaie d’animer tant bien que mal, d’analyser les contraintes, Un téléphone sonne, leur chef doit s’absenter pour une urgence, et nous demande de l’excuser.

Quasi-instantanément, les langues se sont déliées, et j’ai vite compris que la parole était bloquée par la présence préalable de leur responsable. Je ne sais pas qu’elles étaient réellement leurs craintes, et si celles-ci étaient fondée ou pas.

La seule chose dont je suis certain, c’est que le flot de remarques qui a suivi a permis de déceler de nombreux problèmes organisationnels que l’on avait pas pu identifier lors de nos observations.

Depuis ce jour, je suis encore plus vigilant sur le temps que j’accorde initialement pour expliquer les tenants et aboutissants d’une telle démarche. Je cherche à rassurer les participants et demande à chacun de s’engager à être suffisamment transparent et reconnaître que rien, ni personne n’est parfait. Le but est justement de faire progresser la situation et surtout pas de de mettre en cause une personne pour ce qu’elle est, ce qu’elle fait ou pas !

De nombreux obstacles peuvent nous empêcher de progresser ensemble: craintes, peur ,incompréhension, divergence de points vues, méprise, barrière hiérarchique…


Le conseil du Préventeur.

Dans un groupe de travail, en tant qu’animateur, prenez toujours le temps nécessaire pour :

  • Expliquer le sens de la démarche
  • Faire préciser ce qui est attendu par chacun
  • Vérifier qu’il n’y a pas de point bloquant (craintes)

Pour suivre la série « 50 visions de prévention » et être informé par mail de chaque nouvelle histoire.

 

 

PROCHAINE HISTOIRE: « Un drôle d’outil ! »

 

4 thoughts on “1. Une parole libérée

  1. En lien direct avec le 1er accord Tolteque « Que votre parole soit impeccable ». Mais avant d’être impeccable il faut la libérer! Merci pour ce rappel essentiel.

  2. Pour avoir réalisé des études ergonomiques de poste, il faut au préalable prendre le temps d’expliquer aux opérateurs que cette démarche permet de faire évoluer leur sécurité, et non d’identifier des erreurs de leur part.
    Il faut instaurer un climat de confiance, ce qui n’est pas simple dès le début, mais cela est primordial pour communiquer et faire participer les opérateurs ou salariés, car une démarche de prévention est tout d’abord une démarche participative.
    Au plaisir de lire vos anecdotes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.